• La Strada

     

     La strada est un film italien réalisé par Federico Fellini et sorti en 1954.

     

    La Strada

    La Strada  -  Nino Rota

     

     

    La Strada

    Synopsis

    En Italie, Zampano, un rustre costaud, forain ambulant spécialisé dans des tours de force, « achète », à une mère misérable, la gentille Gelsomina, une fille lunaire. Voyageant sur les routes dans une pauvre carriole au gré des humeurs de Zampano, Gelsomina seconde celui-ci lors de son grand numéro de briseur de chaînes. Le reste du temps, Zampano la traite comme bonne à tout faire sans lui accorder plus d’attention. À l’occasion d’une de leurs étapes, Gelsomina est fascinée par le gracile « Fou » et son dangereux numéro de funambule. Mais pour une raison non connue Zampano est en confilt avec le Fou et l'intérêt qu'il porte à la jeune fille agace Zampano. Une dispute éclate entre les deux hommes au cours de laquelle Zampano tue accidentellement son rival puis maquille le meurtre en accident. Choquée, Gelsomina bascule dans la folie et Zampano finit par l'abandonner. Quelques années plus tard, en entendant une jeune femme chanter la chanson favorite de Gelsomina, il apprend la mort de cette dernière. Pour la première fois de sa vie, le colosse s'effondre en larmes sur la plage.

     

    Bande Annonce

     

     Fiche technique

    Titre original : La strada
    Réalisation : Federico Fellini
    Scénario : Federico Fellini, Tullio Pinelli et Ennio Flaiano
    Dialogues : Tullio Pinelli (adaptation française : Raymond Queneau)
    Décors : Mario Ravasco, Brunello Rondi
    Costumes : Margherita Marinari
    Maquillages : Eligio Trani
    Photographie : Otello Martelli
    Cadrage : Roberto Gerardi
    Son : Aldo Calpini
    Montage : Leo Cattozzo
    Musique : Nino Rota
    Production : Carlo Ponti, Dino De Laurentiis
    Société de production : Ponti-De Laurentiis Cinematografica (Italie)
    Société de distribution : Les Films du Centaure (France), Théâtre du Temple (France)
    Pays d'origine : Italie
    Langue originale : italien
    Format : noir et blanc — 35 mm — 1.37:1 — son mono (Western Electric Recording)
    Genre : drame
    Durée : 115 minutes
    Dates de sortie :
    Italie : 6 septembre 1954 (Mostra de Venise)
    France : 11 mars 1955
    (fr) Classifications CNC : tous publics, Art et essai (visa d'exploitation no 16581 délivré le 4 mars 1955)

     

    La Strada

     

     Distribution

    Anthony Quinn (VF : Henri Nassiet) : Zampano
    Giulietta Masina : Gelsomina
    Richard Basehart : « Le Fou » (Il Matto)
    Aldo Silvani (VF : Georges Hubert) : Colombaioni, monsieur Girafe
    Marcella Rovena (VF : Jeanne Dorival) : la veuve
    Lidia Venturini : la sœur
    Mario Passante : le serveur
    Anna Primula (VF : Andrée Tainsy) : la mère de Gelsomina
    Gustavo Giorgi
    Yami Kamadeva : la prostituée

     

    La Strada

     

    Tournage

    Extérieurs en Italie :

    Abruzzes : Ovindoli et Rocca di Mezzo dans la Province de L'Aquila.
    Latium : Bagnoregio dans la Province de Viterbe.

     

    Distinctions

    Italie 1954 : Lion d'argent à la Mostra de Venise
     États-Unis 1957 : Oscar du meilleur film en langue étrangère.

     

    La Strada

     

     Accueil

    « Le metteur en scène, Federico Fellini, nous offre avec La strada un véritable chef d’œuvre d’art cinématographique par la beauté des vues qu’il nous donne. […] La strada est un film qui nous déroute, admirablement filmé, admirablement tourné dans le paysage d’Italie. Mais il lui manque une action cinématographique, qui commence au moment où va éclater une crise, et se termine quand le scénariste a résolu cette crise. »

    — Claude Garson, L’Aurore, 12 mars 1955.
    « C’est un des quatre ou cinq chefs-d’œuvre que le cinéma nous ait donnés depuis sa naissance. Un film qui nous force à remettre en question tout ce que nous avons vu au cinéma depuis des années. Une fable humaine et lyrique d’où l’on sort enivré, après quoi le jour même n’a plus la même couleur. »

    — Le Canard enchaîné, 23 mars 1955.
    « La strada se place dans l’étoile des quelques films italiens issus du néoréalisme mais le dépassant pour redevenir création, transposition, composition, enfin tout ce qui sépare un art d’un reportage. […] Pas besoin d’être sourcier pour trouver là-dedans des messages secrets, des signes conventionnels adressés à quelques initiés... simplement une histoire toute simple, des êtres stylisés au moment de leurs paroxysmes, la glace déformante d’un poète.... il suffit de se laisser mener, de subir, d’aimer. C’est un film mélodie, un film nostalgie. »

    — Rodolphe-Maurice Arlaud, Combat, 11 mars 1955.
    « Tout ce qui a trait à l’existence ambulante, tout ce qui est prétexte à belles images, à vastes gravures solidement burinées, tout ce qui requiert une certaine profondeur de champ, une lumière vibrante, tout ce qui s’accorde au rythme de la musique nostalgique et colorée écrite pour ce film par Nino Rota, oui, tout cela est excellent ; autrement dit la toile de fond est d’une perfection singulière. »

     

    La Strada

     

     

     

     

    Adaptation théâtrale

    Une adaptation théâtrale, signée Pierrette Dupoyet, a été créée au Festival d'Avignon 1992 sous le titre Gelsomina.

     

     

     

     

     

     

    Ref : Wikipédia

     

    La Strada

    La StradaLa Strada

    La StradaLa Strada

    La Strada

     

     

    "È arrivato Zampanò!", La Strada

     

     

    La Strada (1954) - Federico Fellini

     

     

     

     

     

     

     

    « Bernard BlierGiulietta Masina »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Mardi 1er Décembre 2015 à 16:28

    Bonjour Georges. Ce film est un immense souvenir pour moi. Je l'ai vu pour la première fois je n'étais encore qu'un gamin. Il m'avait énormément impressionné; tant par son atmosphère dramatique, qu'émotionnel. Giulietta Masina y est d'une beauté extraordinaire, un jeux d' acteurs impressionnant. Une musique inoubliable qui me donne toujours autant de frissons. J'adore ce film; et j'aime tout ce que faisait Federico Fellini. Et bien-sûr Niono Rota.... font de ce film un vrai chef-d'oeuvres. 

    Merci pour cet excellent hommage. à bientôt.

    2
    Lundi 30 Novembre 2015 à 09:54

    Bonjour  grâce à l'équipe je découvre votre blog qui est fantastique nous vous souhaitons un très bon début de semaine et peut-être au plaisir de se relire bises de toute l'équipe Mélanie

    1
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 09:30

    Bonjour  vraiment tous nous apprécions votre blog de très belles recherches très belles photos et surtout vidéos nous venons vous souhaiter un agréable dimanche bisous de toute l'équipe Patrick

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :